Glossaire

Nous espérons que ce glossaire vous aidera à comprendre les termes les plus techniques employés dans les documents de ce kit de ressources. Cette liste non exhaustive a pour but d'aider les utilisateurs non spécialisés et sera mise à jour régulièrement.

N'hésitez pas à nous envoyer vos commentaires ou suggestions ici ou par e-mail à l'adresse suivante: info@parkdatabase.org.
 

  • Analyse des tendances

    L’analyse des tendances est une technique visant à extraire un modèle, ou une tendance, à partir des informations recueillies. L’analyse des tendances peut être rétrospective, c.-à-d. servir à analyser des tendances au fil du temps ; elle peut également se concentrer sur une zone particulière. Cette technique est utilisée, entre autres, pour étudier les tendances sociales comme la migration.

  • Approche axée sur la communauté

    Il s'agit d'une méthode de travail fondée sur un partenariat avec les communautés auxquelles appartiennent les personnes prises en charge par les organisations humanitaires, et qui reconnaît leur résilience, leurs capacités et leurs ressources. Cette approche mobilise et se base sur ces paramètres pour apporter une protection, une assistance et des solutions aux communautés, tout en favorisant leur participation et en soutenant leurs objectifs.

    (Manuel pour la protection des déplacés internes, Groupe de travail sectoriel de protection au niveau global, mars 2010)

  • Approfondissement

    Afin de clarifier et d’élucider certaines réponses, les personnes menant l’entretien doivent se baser sur des indices visuels et savoir les déchiffrer. Si certaines réponses doivent être approfondies, la même approche doit être appliquée par toutes les personnes menant l’entretien afin d’éviter toute partialité et subjectivité. Remarque : des instructions sont souvent fournies pour l’approfondissement des réponses de type « Je ne sais pas ».

  • Base de données

    Une base de données est un fichier contenant un ensemble structuré de catégories de données, chaque catégorie constituant un dossier. Les bases de données peuvent être créées sous forme de texte, de feuille de calcul ou de fichier de base de données relationnelle.

  • Base de données relationnelle

    Une base de données relationnelle comprend plusieurs tableaux qui reposent sur des indicateurs uniques pour mettre en évidence les relations entre différents types de dossiers.

  • Biais

    Différence entre les résultats mesurés et la valeur réelle. Cet écart peut être dû à une tentative volontaire de présenter l'information sous un certain angle ou à une erreur récurrente dans la méthodologie utilisée.

  • Cadre d’échantillonnage


    Ensemble des éléments (liste ou ensemble de zones) à partir desquels un échantillon est sélectionné.

  • Cadre pour les solutions durables pour les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays

    Le Cadre actuel pour les solutions durables pour les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (ou personnes déplacées internes) du Comité permanent interorganisations (IASC) vise à clarifier le concept et à fournir des orientations générales sur la recherche et la mise en œuvre d’une solution durable. Cette version du Cadre repose sur une version pilote publiée en 2007. Cette dernière fut approuvée par l’IASC, qui proposa de l’expérimenter sur le terrain. En 2009, le Cadre fut révisé et finalisé en tenant compte des données et conclusions issues des expériences de mise en pratique de la version pilote et des versions ultérieures.

    Un certain nombre de critères permettent de déterminer dans quelle mesure une solution durable a été atteinte. Ainsi, les personnes déplacées internes pour lesquelles une solution durable a été atteinte peuvent jouir, sans discrimination aucune:

    D’une sûreté, d’une sécurité et d’une liberté de mouvement de façon durable;

    D’un niveau de vie suffisant, notamment d’un accès à une alimentation suffisante, à l’eau potable, à un logement, aux soins de santé et à l’éducation de base;

    D’un accès à l’emploi et à d’autres moyens d’existence;

    D’un accès à des mécanismes efficaces pour la restitution de leur logement, de leur terre et de leur propriété, ou l’octroi d'indemnités.


    Dans certains cas, les personnes déplacées internes doivent également bénéficier, sans aucune forme de discrimination, des conditions suivantes:

    Un accès à leurs documents personnels et à d’autres documents nécessaires et, le cas échéant, au remplacement de ces derniers;

    La réunification, si elles le souhaitent, avec les membres de leur famille qui ont été séparés par le déplacement;

    La participation, sur un pied d’égalité avec la population résidente, aux affaires publiques à tous les niveaux;

    Un accès à des dispositifs efficaces de recours pour avoir été victimes de violations au cours du déplacement, y compris aux tribunaux, à une forme de réparation et aux informations relatives aux causes de telles violations.


    La recherche d’une des solutions durables au déplacement citées ci-dessus doit être considérée comme:

    Un processus graduel, souvent de longue durée, qui vise à réduire les besoins spécifiquement liés au déplacement et à garantir le plein exercice des droits de l’homme sans discrimination aucune;

    Un processus complexe qui tient compte des enjeux liés aux droits de l’homme, à l’aide humanitaire, au développement, à la reconstruction et à la pacification;

    Un processus nécessitant l’engagement concerté et opportun de différents acteurs.

  • Démographie

    La démographie est l’étude statistique des populations et sous-populations humaines. Parfois très générale, cette science peut être appliquée à toutes les populations dynamiques, c.-à-d. celles évoluant dans l’espace et dans le temps. La démographie comprend l’étude de la taille, de la structure et de la distribution des populations et sous-populations humaines, ainsi que des changements spatiaux et/ou temporels survenus au sein de ces populations en réponse aux naissances, aux mouvements de migration, à la vieillesse et aux décès.

  • Diffusion des données


    La diffusion est le partage de l’information obtenue par une activité statistique. La diffusion des données consiste à transmettre ou à rendre accessibles des données statistiques aux utilisateurs. Il existe différents supports de diffusion des données : sous forme électronique (y compris via Internet ou sur CD-ROM), sous forme de publication papier, par le partage de fichiers accessibles au public ou uniquement aux personnes autorisées, par l’envoi de fax en réponse à une demande spécifique, par des discours publics ou encore par la publication de communiqués de presse.

    Formats de diffusion: La notion de formats de diffusion se divise en deux catégories: publication « sur support papier » ou « sur support électronique ». Dans les deux cas, il s’agit de présenter en détail les documents de référence que les utilisateurs pourront consulter pour accéder aux données décrites dans les métadonnées et, le cas échéant, pour accéder à des éléments détaillés au-delà du minimum prescrit. Les « données supplémentaires » sont des données diffusées de façon plus restreinte et disponibles uniquement sur demande. Elles peuvent inclure, dans certains cas, les compilations de données personnalisées fournies (gratuitement ou non) en réponse à des demandes ponctuelles, ou les informations relatives aux procédures à suivre pour obtenir des données supplémentaires.

  • Discussions avec les groupes cibles

    Les discussions avec les groupes cibles servent à recueillir des informations au sein d'un groupe ou d'une communauté. Cette méthode nécessite l'organisation et la mise en place d'un groupe de discussion « représentatif » de tous les segments de la communauté (les femmes, les hommes, les personnes âgées, les adolescents, etc.).

    (Guide sur le profilage des personnes déplacées, publié par le NRC-IDMC et l'OCHA, avril 2008)

  • Données de référence

    Les données de référence constituent un outil d'interprétation comprenant des statistiques auxquelles il est possible de comparer les indicateurs d'une population donnée portant sur une période, une population ou un lieu différents. Les données de référence désignent souvent une situation précédant un évènement, et peuvent être définies de diverses manières selon le contexte opérationnel. L'évènement peut être une sécheresse ou des troubles politiques, ou bien marquer simplement la première mesure des indicateurs. Il est possible de confronter l'ensemble des données recueillies aux données de référence afin de comparer la situation étudiée avec la situation telle qu'elle a été mesurée avant l'évènement. En d'autres termes, les données de référence peuvent aider à évaluer l'impact d'un évènement.

  • Données qualitatives

    Les données qualitatives, en opposition aux données quantitatives, ne sont pas quantifiables. Elles prennent en compte les sentiments, les expériences personnelles, les attitudes et les intentions. Parmi les sources de données qualitatives, on retrouve les groupes de discussion, les observations, les entretiens, les textes narratifs et les rapports. En outre, l'évaluation participative est une méthode utilisée pour recueillir des données qualitatives auprès de différents groupes d'une même communauté.

  • Données quantitatives

    Les données quantitatives sont les données dénombrables ou mesurables. Elles sont obtenues en observant et en mesurant des éléments quantifiables ou calculables. En comparaison aux ensembles de données qualitatives, les ensembles de données quantitatives sont plus faciles à stocker et à analyser dans une base de données. Toutefois, les données qualitatives fournissent un contexte important pour l'interprétation des données quantitatives.

  • Échantillonnage aléatoire

    Une méthode d’échantillonnage aléatoire désigne tout procédé permettant de définir un échantillon en se basant sur un mode de sélection aléatoire.
    Pour ce faire, il convient de mettre en place un processus ou une procédure permettant de s’assurer que les différentes unités au sein de la population cible ont une probabilité égale d’être choisies. Les hommes utilisent depuis longtemps certaines formes de sélection aléatoire, par exemple pour piocher au hasard des noms dans un chapeau ou tirer la courte paille. De nos jours, les ordinateurs sont souvent utilisés pour générer des nombres aléatoires sur lesquels se basera la sélection.

  • Échelle de Likert

    L'échelle de Likert est une échelle couramment utilisée au cours de recherches faisant appel à des questionnaires. Lorsque les personnes interrogées répondent à un questionnaire utilisant l'échelle de Likert, ils doivent indiquer pour chaque affirmation leur niveau de consensus ou de désaccord sur une échelle. Ce questionnaire permet ainsi de mesurer l'intensité de leurs sentiments sur un sujet précis et d'obtenir un graphique après avoir analysé tous les éléments, si ces derniers ont été élaborés correctement.

  • Enchaînement des questions

    Les questions commençant par « Si vous avez répondu ‘Non’ à la question précédente… » sont des exemples de questions pour lesquelles les personnes responsables de l’élaboration des enquêtes doivent établir un enchaînement de questions. Lors d’un entretien papier-crayon et/ou de la programmation d’un entretien assisté par ordinateur (en ligne ou sur Smartphone), les enchaînements de questions doivent être clairement mis en évidence dans les instructions écrites fournies à la personne interrogée. Plus l’enchaînement des questions est logique et progressif, plus l’entretien sera adapté et incitatif.
     

  • Encodage

    L'encodage désigne un processus analytique permettant de classer les données, aussi bien quantitatives (telles que les résultats de questionnaires) que qualitatives (comme la transcription d'entretiens), afin de faciliter leur analyse. Il s'agit de modifier les données pour qu'elles puissent être lues par un logiciel. Cela permet de minimiser la probabilité d'erreurs et d'accroître la fiabilité des données.

  • Enquête

    Une enquête est l'étude détaillée d'une zone géographique visant à rassembler des données sur une situation précise, notamment des attitudes, des impressions et des opinions, en posant une série de questions à un segment de la population.

  • Enregistrement

    L'enregistrement est le processus permettant d’archiver, de vérifier et de mettre à jour des informations sur les personnes prises en charge par les organisations humanitaires. Il a pour but de les protéger, de mieux les connaître et de mettre en place des solutions durables.

    (Manuel pour la protection des déplacés internes, Groupe de travail sectoriel de protection au niveau global, mars 2010)

  • Entretiens avec les informateurs clés

    Il s'agit d'entretiens qualitatifs et approfondis avec des personnes sélectionnées pour leur connaissance réelle d'un sujet digne d'intérêt. Les entretiens sont menés librement et sont axés sur une liste de problématiques. Les entretiens avec des informateurs clés, qui s'apparentent à une conversation entre connaissances, permettent la libre circulation des idées et des informations. Les personnes menant l’entretien posent des questions spontanées, cherchent à obtenir des informations et prennent des notes afin de les étoffer ultérieurement.

  • Estimation rapide de la population

    Les déplacements à grande échelle à la suite de situations d'urgence obligent souvent les populations à s'installer dans des zones dépourvues de services de santé et d'installations sanitaires de base. Dans ce cas, il est important de pouvoir évaluer rapidement la taille d'une population afin de planifier au plus vite les opérations de secours. La méthode des quadrants, qui est actuellement recommandée, évalue la population totale en extrapolant le nombre moyen d'individus vivant sur une surface donnée à la surface totale du site. Une approche alternative, la méthode « T-Square », permet d'effectuer une estimation de la population en se basant sur l'analyse de la répartition spatiale des logements sur un site déterminé. En effet, il est important de tenir compte du lieu. Bien que cette méthode ne s'applique qu'à des sites similaires, elle permet de tirer plusieurs conclusions générales utiles à la planification des interventions d'urgence.

  • Évaluation participative

    L'évaluation participative est un processus permettant d'établir des partenariats entre des femmes et des hommes de tous âges et de tous horizons, bénéficiaires d'une aide, en encourageant une participation significative grâce à un dialogue structuré.


    (Manuel pour la protection des déplacés internes, Groupe de travail sectoriel de protection au niveau global, mars 2010)

  • Fichier de formes

    Un fichier de formes est un format de fichier vectoriel géospatial fréquemment utilisé par des logiciels de Systèmes d'informations géographiques (SIG). Il est développé et administré par Esri. Ses spécifications, quasiment ouvertes, permettent l'interopérabilité des données entre les logiciels Esri et d'autres logiciels SIG. Les fichiers de formes contiennent toute l'information liée à la géométrie des objets décrits: points, lignes, polygones. Ces derniers pourraient représenter respectivement des puits, des rivières et des lacs. Chaque objet peut aussi être accompagné d'attributs le décrivant, comme un nom ou une température.

  • Formulaire

    Un formulaire est un affichage de champs de données dans un système d’information. Les formulaires peuvent être sous forme électronique - dans ce cas, il s’agit de l’écran que vous visualisez sur votre ordinateur, composé de champs de réponses, - ou sous forme de copie papier pour la collecte des données. Les formulaires peuvent être utilisés pour saisir des données ou consulter des informations. Ils sont indispensables car ils permettent de présenter de manière conviviale et logique des données extraites de tableaux - et cela en conformité avec les exigences opérationnelles du système d’information.
     

  • Graphisme d’information / Infographie

    Le graphisme d’information, ou l’infographie, est une représentation graphique visuelle des informations, des données ou des connaissances. Ces graphiques permettent de présenter rapidement et clairement des informations complexes, comme les panneaux, les cartes, les articles de journaux, les textes techniques et le matériel pédagogique. Grâce à l’infographie, les informaticiens, les mathématiciens et les statisticiens peuvent développer et partager des concepts sur la base d’un symbole unique à des fins de traitement de l’information.

  • Identificateur unique

    Il s'agit d'une combinaison unique de caractères (habituellement des chiffres) qui renvoie à une information stockée dans une base de données. Les identificateurs uniques permettent à une base de données de reconnaître chaque élément enregistré et de les différencier les uns par rapport aux autres.

  • Indicateur

    Les indicateurs sont les paramètres quantitatifs ou qualitatifs (ou les éléments de comparaison ou d’évaluation) permettant de mesurer au fil du temps l'efficacité des fonctions et des processus, et d’évaluer les résultats afin d’obtenir une idée plus précise de la situation des personnes ciblées. Un indicateur reflète les circonstances d'un lieu, d'un instant ou d'un intervalle de temps donné. Cet outil permet d’évaluer la situation des personnes prises en charge, ainsi que les progrès effectués à leur égard. Il s'agit souvent, mais pas obligatoirement, d'un nombre ou d'un pourcentage qui peut être utilisé et extrapolé dans de nombreux autres domaines. Par exemple, un indicateur permettant de calculer le nombre de jeunes filles scolarisées peut être utilisé pour évaluer le revenu potentiel futur d'une population, le taux d'alphabétisation des femmes, ainsi que les problèmes liés aux droits des femmes ou à la santé féminine. Étant donné qu'il est impossible de tout mesurer, les indicateurs sont sélectionnés d'après leur utilité, leur pertinence par rapport aux objectifs fixés et leur mesurabilité.
     

  • Lassitude à l’égard des enquêtes

    La conduite de nombreuses enquêtes sur une même population accentue le sentiment de lassitude des personnes interrogées à l’égard des enquêtes. Lorsqu’une personne a récemment participé à une enquête menée par une organisation particulière et qu’elle reçoit de nombreuses demandes de participation à d’autres enquêtes, un sentiment de lassitude et de désintérêt peut s’installer. Ce sentiment peut avoir des conséquences négatives sur les taux de réponse. Si une personne interrogée pense que votre organisation ne respecte pas son opinion en raison d’enquêtes à répétition, il vous sera difficile d’améliorer votre image, sans compter les faibles taux de réponse et les données erronées qui en découleront.
     

  • Ménage

    Le ménage est « l'unité résidentielle de base dans laquelle s’organisent et/ou se déroulent la production économique, la consommation, l'héritage et l'éducation des enfants, et qui contribue à définir la notion de logement » ; [le ménage] « peut ou non être synonyme de famille ». Il est l'unité d'analyse de base dans de nombreux modèles sociaux, microéconomiques et gouvernementaux. Le terme désigne l'ensemble des individus vivant dans un seul et même foyer.

  • Non-réponse / Biais de non-réponse

    Le biais de non-réponse est utilisé dans les études statistiques si les réponses des personnes interrogées diffèrent des réponses potentielles des personnes n'ayant pas répondu. Si l'on sélectionne un échantillon de 1 000 employés cadres dans un secteur donné et qu'on les interroge sur leur charge de travail, il est possible que les cadres ayant une charge de travail élevée ne répondent pas à l'enquête par manque de temps. Mais il est également probable que ceux ayant une faible charge de travail ne donnent pas leur avis par peur que leurs supérieurs ou leurs collègues considèrent leur opinion comme inutile (soit dans l'immédiat si l'enquête n'est pas anonyme, ou bien ultérieurement si leur identité était dévoilée par des connivences, des « fuites », un manque de précaution ou une violation de la protection des données). Ainsi, le biais de non-réponse peut se traduire par une valeur mesurée de charge de travail trop faible ou trop élevée ou, si les effets de biais de non-réponse venaient à se compenser, par une valeur « faussement » juste.
     

  • Normes SPHERE

    Lancé en 1997 par un groupe d'ONG humanitaires et le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le projet Sphere vise à définir et à faire respecter les normes réglementant la réponse humanitaire de la communauté internationale à la suite de catastrophes. Les principaux moyens utilisés sont la mise en place de directives figurant dans la Charte humanitaire et normes minimales pour les interventions lors de catastrophes (couramment appelée Manuel Sphere). Le projet Sphere est fondé sur deux idées clés : la première, que les personnes victimes d'une catastrophe ou d'un conflit ont le droit à la dignité, et donc droit à une protection et une assistance ; la deuxième, que toutes les mesures possibles doivent être prises pour atténuer les souffrances humaines générées par les catastrophes et les conflits. Sphere est à la fois un manuel, un processus de collaboration de grande envergure, ainsi qu'un engagement en matière de qualité et de responsabilité.

  • Numérisation

    En informatique, un scanner (ou numériseur de documents) est un appareil qui numérise de manière optique les images, les textes imprimés et manuscrits ou les objets, et qui les convertit en images numériques. En ce qui concerne la numérisation des enquêtes, deux techniques peuvent être utilisées:

    1) OCR: Reconnaissance optique de caractères (ou Optical character recognition en anglais). Il s’agit des procédés informatiques utilisés pour la traduction d'images de textes imprimés, dactylographiés ou manuscrits en fichiers de texte. En outre, cette technique est largement utilisée pour convertir des livres et des documents en fichiers électroniques, pour informatiser les systèmes de tenue de registres des bureaux ou pour publier du texte sur un site Internet.

    2) OMR: Reconnaissance optique de marques (ou Optical Mark Recognition en anglais). Il s’agit d’un processus de saisie de données marquées (par ex., des croix, traits) sur des documents de type « formulaire », comme des questionnaires et des tests. Cette méthode ne lit pas les caractères. Si des formulaires à reconnaissance optique de marques sont utilisés dans le cadre d’un exercice de profilage ou d’évaluation des besoins, les personnes menant l'entretien doivent suivre une formation adéquate sur l’écriture de caractères lisibles par une machine.

    À des fins de contrôle de la qualité, une programmation ou une intervention « humaine » supplémentaire peuvent s’avérer nécessaires pour vérifier les documents manuscrits numérisés.

     

  • Périodicité / Fréquence

    La période standard durant laquelle des données spécifiques doivent être recueillies pour ensuite être mesurées. Par exemple, la collecte quotidienne ou mensuelle de données relatives à la mortalité.

    Chaque indicateur est associé à une fréquence de mesure. La fréquence utilisée pour mesurer un indicateur varie en fonction de la nature de l’indicateur et de la situation dans laquelle l’indicateur se produit. En outre, des fréquences différentes peuvent être appliquées pour mesurer les situations d’urgence et les situations stables.
     

  • Personnes déplacées internes / Personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDI)

    Une personne déplacée interne (ou personne déplacée à l’intérieur de son propre pays) est une personne forcée ou contrainte à fuir ou à quitter son foyer ou son lieu de résidence habituel, notamment en raison d'un conflit armé, de situations de violence généralisée, de violations des droits de l'homme ou de catastrophes naturelles ou provoquées par l'homme, ou pour en éviter les effets, et qui n'a pas franchi les frontières internationalement reconnues d'un État.

  • Population cible

    Population couverte / visée par une étude.

  • Procédure d’appel global (CAP - Consolidated Appeal Process)

    Il s’agit d’un processus de programmation par le biais duquel des systèmes d’aide nationaux, régionaux et internationaux (y compris les organisations opérationnelles des Nations Unies et, le cas échéant en fonction de la situation, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), des organisations non gouvernementales (ONG), des donateurs bilatéraux et des structures nationales et régionales concernées) peuvent se mobiliser et apporter une réponse aux situations d’urgence majeures ou complexes nécessitant l’intervention de l’ensemble du système des Nations Unies en cas de crises humanitaires.
     

  • Procédures opérationnelles permanentes (SOP)

    Les procédures opérationnelles permanentes (Standard Operating Procedures en anglais) désignent des instructions écrites indiquant comment des activités spécifiques doivent être menées. Les SOP s'assurent que les traitements administrés aux personnes prises en charge répondent aux normes en vigueur et sont dispensés de manière juste et équitable. Il est crucial que les SOP soient dynamiques et mises à jour régulièrement afin de refléter les modifications apportées aux processus opérationnels, ainsi que la répartition du travail au sein du bureau.

  • Profilage des personnes déplacées internes (PDI)

    Conformément au Guide sur le profilage des personnes déplacées de 2008, le profilage des personnes déplacées internes est un « processus concerté d’identification de groupes ou d’individus déplacés à l’intérieur de leur propre pays à travers la collecte de données, notamment le comptage et l’analyse, afin de prendre des mesures pour défendre leurs intérêts, les protéger et les assister, et permettre, en définitive, de trouver une solution à leur déplacement ». Le profil des personnes déplacées représente une vue d’ensemble d’une population de personnes déplacées qui indique, au minimum: 1) le nombre de personnes déplacées, par âge et par sexe (même s’il s’agit seulement d’estimations); et 2) la (les) localisation(s). Si possible, des informations supplémentaires peuvent comprendre, sans toutefois s’y limiter: 3) la (les) cause(s) de déplacement, 4) les modes de déplacement, 5) les préoccupations liées à la protection, 6) les besoins humanitaires et 7) les solutions possibles pour le groupe / l'individu, le cas échéant.

    Le Service commun de profilage des personnes déplacées (JIPS) encourage l’utilisation de l’expression « profilage des situations de déplacement interne » plutôt que « profilage des personnes déplacées internes ».

     

  • Protection des données

    Les données propres à chaque individu doivent être gérées de manière efficace et sécurisées afin de les rendre accessibles uniquement aux personnes autorisées. Un accès non contrôlé aux données personnelles peut exposer les individus à des situations potentiellement préjudiciables ou dangereuses.
     

  • Recensement de la population

    Un recensement est une méthode permettant de recueillir et d'enregistrer systématiquement des informations sur les membres d'une population donnée. Il s'agit du dénombrement officiel et régulier d'une population particulière. Dans sa forme la plus simple, un recensement de la population permet d'obtenir des informations sur l'âge, le sexe et le lieu de résidence des individus et des ménages.

  • Schéma des procédés

    Un schéma décrivant visuellement le flux des informations à travers un système de gestion des données. Les schémas des procédés doivent montrer explicitement l’ensemble des apports et des résultats d’un système de données, ainsi que tous les endroits dans le système où les données sont transformées. Ces schémas sont particulièrement utiles dans le cadre de la planification opérationnelle, du développement d’un nouveau système, de l’analyse d’un système existant ou de la comparaison de deux systèmes.
     

  • Smartphone

    Un Smartphone est un téléphone portable haut de gamme qui s’appuie sur une plate-forme informatique mobile. Il offre une capacité et une connectivité informatiques plus avancées qu'un téléphone mobile de base.
    De nos jours, de plus en plus d’enquêtes et d’évaluations des besoins sont conduites à l’aide de Smartphones.

    Les modèles d’aujourd’hui cumulent également les fonctions de lecteurs multimédias portatifs, d’appareils photos numériques compactes d’entrée de gamme, de caméras vidéo de poche et de dispositifs de navigation GPS. En général, les derniers modèles de Smartphone sont équipés d’écrans tactiles haute résolution et de navigateurs Web pouvant accéder et afficher correctement des pages Web standards (plutôt que des sites mobiles optimisés). De plus, la plupart peuvent accéder rapidement aux données via une connexion Internet Wi-Fi (sans fil) ou à haut débit.

    Les systèmes d’exploitation mobiles (OS) les plus utilisés sur les derniers Smartphones incluent : Android de Google, iOS d’Apple, Windows Phone de Microsoft, Symbian de Nokia, le service BlackBerry de RIM et les distributions Linux embarquées, telles que Maemo et MeeGo. Ces systèmes d’exploitation peuvent être installés sur de nombreux modèles de téléphones différents et, en général, chaque dispositif reçoit plusieurs mises à jour du logiciel OS durant son cycle de vie.
     

  • Suivi des flux

    Cet outil est principalement destiné à la collecte de données à l’échelle communautaire. Les personnes responsables du recensement (les recenseurs) se postent à des emplacements stratégiques, c.-à-d. au niveau des postes de contrôle, des carrefours routiers importants, des fleuves ou des ports maritimes et à l’entrée des camps, des villes et des installations. L’objectif est d’estimer les taux d’arrivée et de départ, lesquels serviront ensuite à ajuster / corriger les estimations démographiques.
     

  • Système d'information géographique (SIG)

    Un système d'information géographique (ou étude des informations géospatiales) désigne un système ayant pour but la collecte, le stockage, le traitement, l'analyse, la gestion et la présentation de tous types de données géoréférencées. En d'autres termes, le SIG est la fusion de la cartographie, de l'analyse statique et de la technologie des bases de données.

  • Système de surveillance


    Il s'agit d'un système contrôlant certains évènements, comme les naissances, les décès ou les maladies, au sein d'une population donnée et sur une période déterminée. Grâce à un système de surveillance adapté, il est possible de mettre constamment les données à jour afin d'obtenir quasiment en temps réel des informations sur les problèmes observés. Par conséquent, il est facile de comparer les tendances au fil du temps et de surveiller régulièrement l'évolution de la situation.

  • Télédétection

    La télédétection est l'obtention d'informations sur un objet ou un phénomène sans établir de contact physique avec celui-ci.
    Dans l'usage moderne, le terme désigne généralement l'utilisation de détecteurs aériens, de photographies / images aériennes et de technologies permettant de détecter et classifier les objets sur Terre, aussi bien sur sa surface que dans l'atmosphère ou les océans, à l'aide de signaux propagés (comme des radiations électromagnétiques émises par des avions ou des satellites).

  • Triangulation

    Il s'agit d'un processus de comparaison et de consolidation des données qui s'effectue en recoupant plusieurs sources différentes dans le but d'obtenir un résultat plus précis. Cette méthode est également appelée « vérification par recoupement » ou « vérification de concordance ».

chargement...